7 décembre 2017

Les Etats-Unis reconnaissent Jérusalem comme capitale d’Israël

Hier soir à 20h – heure israélienne, Donald Trump a affirmé, dans un discour annoncé à l’avance et très attendu par la plupart des israeliens,  que Jérusalem sera désormais considérée comme la capitale d’Israël par les Etats-Unis, et que les préparations commenceront pour le transfer prochain de leur ambassade.

Grande joie donc en Israël dans la plupart des foyers. Par contre les réactions dans le monde sont très mitigés, la plupart des états craignant une nouvelle flambée de violence dans le monde arabe et dans le monde en général.
C’est une décision courageuse donc que le président Donald Trump a prise. Une décision qui n’est en fait que la réafirmation officielle d’une décision prise il y a quelques années par les assemblées américaines.
En effet, Trump a noté dans son discours que la Loi sur l’Ambassade de Jérusalem de 1995 avait « passé le Congrès à une écrasante majorité bipartite et a été réaffirmée par un vote unanime du Sénat il y a seulement six mois ».

Pour marquer cet évenement Jerusalem-info publie le discours intégral du président américain.

Texte intégral de la déclaration de Donald Trump

Mercredi 6 décembre 2017 – 20h19 heure israèlienne

Je vous remercie.

Quand je suis arrivé au pouvoir, j’ai promis de regarder les défis du monde avec des yeux ouverts et une pensée très fraîche. Nous ne pouvons pas résoudre nos problèmes en faisant les mêmes suppositions ratées et en répétant les mêmes stratégies échouées du passé. Les vieux défis exigent de nouvelles approches.

Mon annonce d’aujourd’hui marque le début d’une nouvelle approche des conflits entre Israël et les Palestiniens.

En 1995, le Congrès a adopté la loi sur l’ambassade de Jérusalem, exhortant le gouvernement fédéral à délocaliser l’ambassade américaine à Jérusalem et à reconnaître que cette ville et d’une manière si importante  est la capitale d’Israël. Cet acte a passé le Congrès par une écrasante majorité bi-partisane et a été réaffirmé par un vote unanime du sénat, il y a seulement six mois.

Pourtant, pendant plus de 20 ans, tous les anciens présidents américains ont exercé la levée de la loi, refusant de transférer l’ambassade américaine à Jérusalem ou de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël.

Les présidents ont émis ces dérogations sous la croyance que retarder la reconnaissance de Jérusalem ferait avancer la cause de la paix. Certains disent qu’ils manquaient de courage, mais ils ont fait leurs meilleurs jugements sur la base des faits tels qu’ils les comprenaient à l’époque. Néanmoins, le bilan est là. Après plus de deux décennies de dérogations, nous ne sommes pas plus proches d’un accord de paix durable entre Israël et les Palestiniens. Il serait fou de supposer que répéter exactement la même formule produirait maintenant un résultat différent ou meilleur.

Par conséquent, j’ai déterminé qu’il est temps de reconnaître officiellement Jérusalem comme la capitale d’Israël.

Alors que les présidents précédents ont fait de cette campagne une promesse majeure, ils ont échoué à livrer. Aujourd’hui, je livre.

J’ai jugé que cette action était dans le meilleur intérêt des États-Unis d’Amérique et de la recherche de la paix entre Israël et les Palestiniens. C’est un pas en avant depuis longtemps pour faire avancer le processus de paix et travailler à la conclusion d’un accord durable.

Israël est une nation souveraine avec le droit comme toute autre nation souveraine de déterminer sa propre capitale. Reconnaître cela comme un fait est une condition nécessaire pour parvenir à la paix.

Il y a 70 ans, les États-Unis, sous le président Truman, ont reconnu l’État d’Israël. Depuis lors, Israël a fait sa capitale dans la ville de Jérusalem – la capitale que le peuple juif a établie dans les temps anciens. Aujourd’hui, Jérusalem est le siège du gouvernement israélien moderne. C’est la maison du parlement israélien, la Knesset, ainsi que la Cour suprême israélienne. C’est l’emplacement de la résidence officielle du Premier ministre et du président. C’est le siège de nombreux ministères du gouvernement.

Pendant des décennies, des présidents américains, des secrétaires d’État et des chefs militaires américains ont rencontré leurs homologues israéliens à Jérusalem, comme je l’ai fait lors de mon voyage en Israël plus tôt cette année.

Jérusalem n’est pas seulement le cœur de trois grandes religions, mais c’est aussi le cœur de l’une des démocraties les plus réussies au monde. Au cours des sept dernières décennies, le peuple israélien a construit un pays où les juifs, les musulmans et les chrétiens, ainsi que les croyants, sont libres de vivre et d’adorer selon leur conscience et selon leurs croyances.

Jérusalem est aujourd’hui, et doit rester, un lieu où les Juifs prient au Mur des Lamentations, où les chrétiens marchent sur le Chemin de la Croix et où les musulmans vénèrent la Mosquée Al-Aqsa.

Cependant, durant toutes ces années, les présidents représentant les États-Unis ont refusé de reconnaître officiellement Jérusalem comme capitale d’Israël. En fait, nous avons refusé de reconnaître la moindre capitale israélienne.

Mais aujourd’hui, nous reconnaissons enfin l’évidence: que Jérusalem est la capitale d’Israël. Ce n’est rien de plus, ou moins, qu’une reconnaissance de la réalité. C’est aussi la bonne chose à faire. C’est quelque chose qui doit être fait.

C’est pourquoi, conformément à la Loi sur l’ambassade de Jérusalem, je charge également le Département d’État de commencer à préparer le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. Cela commencera immédiatement par le processus d’embauche d’architectes, d’ingénieurs et de planificateurs, de sorte qu’une nouvelle ambassade, une fois achevée, sera un magnifique hommage à la paix.

En faisant ces annonces, je tiens également à faire ressortir un point très clair: cette décision ne vise en aucune façon à rompre avec notre ferme engagement à faciliter un accord de paix durable. Nous voulons un accord qui soit beaucoup pour les Israéliens et beaucoup pour les Palestiniens. Nous ne prenons pas position sur les questions de statut final, y compris les limites spécifiques de la souveraineté israélienne à Jérusalem, ou la résolution des frontières contestées. Ces questions sont laissées aux parties impliquées.

Les États-Unis demeurent profondément engagés à faciliter la conclusion d’un accord de paix acceptable pour les deux parties. J’ai l’intention de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour aider à forger un tel accord. Sans aucun doute, Jérusalem est l’une des questions les plus sensibles de ces pourparlers. Les États-Unis seraient favorables à une solution à deux États si les deux parties étaient d’accord.

En attendant, j’appelle toutes les parties à maintenir le statu quo dans les lieux saints de Jérusalem, y compris le Mont du Temple, également connu sous le nom de Haram al-Sharif.

Surtout, notre plus grand espoir est la paix, le désir universel dans chaque âme humaine. Avec l’action d’aujourd’hui, je réaffirme l’engagement de longue date de mon administration en faveur d’un avenir de paix et de sécurité pour la région.

Il y aura, bien sûr, des désaccords et des dissensions concernant cette annonce. Mais nous sommes convaincus qu’au bout du compte, au fur et à mesure que nous surmonterons ces désaccords, nous arriverons à une paix et à une place beaucoup plus grandes dans la compréhension et la coopération.

Cette ville sacrée devrait susciter le meilleur de l’humanité, en levant les yeux sur ce qui est possible; ne pas nous ramener et revenir aux vieux combats qui sont devenus si totalement prévisibles. La paix n’est jamais hors de la portée de ceux qui veulent l’atteindre.

Donc, aujourd’hui, nous appelons au calme, à la modération et aux voix de la tolérance pour l’emporter sur les pourvoyeurs de haine. Nos enfants devraient hériter de notre amour, pas de nos conflits.

Je répète le message que j’ai livré au sommet historique et extraordinaire en Arabie saoudite en début d’année: Le Moyen-Orient est une région riche de culture, d’esprit et d’histoire. Ses gens sont brillants, fiers et diversifiés, vibrants et forts. Mais l’avenir incroyable qui attend cette région est tenu à distance par l’effusion de sang, l’ignorance et la terreur.

Le vice-président Pence se rendra dans la région dans les prochains jours pour réaffirmer notre engagement à travailler avec des partenaires à travers le Moyen-Orient pour vaincre le radicalisme qui menace les espoirs et les rêves des générations futures.

Il est temps pour tous ceux qui désirent la paix d’expulser les extrémistes de leur milieu. Il est temps pour toutes les nations et tous les peuples civilisés de réagir au désaccord par un débat raisonné – et non par la violence.

Et il est temps pour les voix jeunes et modérées du Moyen-Orient de revendiquer un avenir brillant et beau.

Alors aujourd’hui, redédoublons-nous à un chemin de compréhension et de respect mutuels. Laissez-nous repenser les anciennes hypothèses et ouvrir nos cœurs et nos esprits aux possibles et aux possibilités. Et enfin, je demande aux dirigeants de la région – politique et religieux; Israélien et palestinien; Juifs et chrétiens et musulmans – pour nous rejoindre dans la noble quête d’une paix durable.

Je vous remercie. Dieu vous bénisse. D.ieu bénisse Israël. Dieu bénisse les Palestiniens. Et Dieu bénisse les États-Unis. Merci beaucoup. Je vous remercie.

Partager cet article :

Ajouter un commentaire

Nous sommes à l'écoute de vos réactions. Connectez-vous et envoyez nous votre commentaire!*

Solve : *
20 − 9 =