11 juillet 2013

Talpiot

Le quartier de Talpiot, situé au sud de Jérusalem, a été fondé en 1922 par des juifs européens. En hébreu le nom « talpiot » peut avoir 2 sens : « un bâtiment à tourelle » ou « finalement fini ». Mais ce dernier nom n’a pas été de circonstance pendant de longues années. En effet, jusqu’aux années 1950, le quartier reste plus ou moins en friche.

Talpiot en 1925

Talpiot en 1925

Les premiers habitants de Talpiot ont été évacués du quartier lors des événements de 1929 (des émeutes sanglantes), pour y revenir quelques années plus tard. Le quartier était alors considéré comme assez protégé, comme relativement sûr, notamment grâce à la présence de la base militaire Allenby, le plus important camp militaire de Palestine.
A la fin du Mandat Britannique en 1948, la Hagana lance l’opération Kilshon. Cette dernière consiste à renforcer les points de défense de Jérusalem contre les attaques des légions arabes. C’est ainsi que le camp militaire de Talpiot devient un des points stratégiques du plan et est capturé durant cette opération. Talpiot devient alors une zone frontière. Cette situation continue jusqu’en 1967, avec la conquête des zones alentours.

Talpiot aujourd'hui

Talpiot aujourd’hui

Après la guerre des 6 jours en 1967, une zone industrielle est aménagée dans le quartier de Talpiot. Elle accueille d’ailleurs de nombreuses entreprises précédemment installées dans le quartier de la Mamilla qui devient lui plutôt touristique. Une zone résidentielle est également développée en parallèle dans la zone occupée par les Nations Unies avant 1967.

Le Canyon (centre commercial) Adar

Le Canyon (centre commercial) Adar

Aujourd’hui Talpiot comprend plusieurs quartiers. Le nord de Talpiot correspond au quartier originel fondé en 1922. Arnona, construit après 1967, offre de magnifiques vues panoramiques sur la vieille ville, et notamment grâce à l’aménagement d’une promenade en terrasse, la Promenade Haas, qu’il ne faut pas manquer de visiter (voir la vidéo). Chaque année le 29 Heshvan, la communauté juive éthiopienne de la vile s’y réunie pour fêter le jour du Sigd. A l’ouest se trouve la zone industrielle de Talpiot. Il n’y a pas si longtemps, elle était le centre des entreprises technologiques de la capitale avant de devenir une zone plus marchande avec de nombreux centres commerciaux, cinémas, restaurants et salles pour événements de toutes sortes, mariages et bar mitsva. A noter certaines salles de spectacles comme le Yellow Submarine établi en 1991 et qui accueille des formations musicales de tous genres et des expositions d’art. , A l’est, sur le terrain qui fut celui du camp militaire Allenby, s’élèvent aujourd’hui des immeubles d’habitation.

La promenade Haas ou Tayelet

La promenade Haas ou Tayelet

Le développement de Talpiot commence réellement dans les années 1970 avec la construction d’immeubles résidentiels de 2 ou 3 étages. Le quartier s’étend ensuite vers l’est en direction du kibboutz Ramat Rahel. Certains terrains agricoles du kibboutz sont alors transformés en zone résidentielle, souvent appelée la jeune Arnona. Des bâtiments beaucoup plus haut, 8 à 9 étages, apparaissent dans ce qui était avant le verger du kibboutz. Ces nouveaux immeubles sont équipés de toutes les facilités et comprennent souvent des jardins intérieurs. Cela fait de Talpiot un quartier attractif pour les familles à revenu moyen qui veulent améliorer leurs conditions d’habitation par rapport au centre ville en s’installant dans un quartier qui propose toutes les commodités : des commerces et de la verdure.  De nombreux investisseurs ont encore aujourd’hui des projets dans le quartier. Le prix de l’habitat à Talpiot varie suivant la localisation du bien. En moyenne, un appartement de 4 pièces coûte de 1.4 millions de shekels à 2.7 millions.
Certaines personnalités célèbres ont vécu à Talpiot. Shmuel Agnon, le célèbre Prix Nobel de Littérature, s’y est installé en 1924 et y a écrit la plupart de ses œuvres. Eliezer Ben Yehuda, fondateur de l’hébreu moderne qui a sa rue au centre ville, y avait fait construire une maison mais est malheureusement mort avant d’avoir pu y aménager.

Ecrit par Valérie Cudkowicz

Partager cet article :