La maison du Rav Kook : un lieu à l’image d’une grande figure du judaïsme

La maison du rabbin Kook est la maison où le rabbin Avraham Yitzchak HaCohen Kook a vécu et travaillé dans les années 1923 jusqu’à sa mort le 3 Elul 1935 (1er septembre 1935). La yeshiva du Merkaz Harav y a également fonctionné jusqu’en 1955. La maison est située au dernier (deuxième) étage d’un immeuble construit autour d’une cour alors appelée le quartier Beit David (l’un des premiers quartiers construits en dehors de la vieille ville), au 9 rue Harav Kook, à Jérusalem, près de la maison Ticho.
Aujourd’hui, la maison du rabbin Kook sert de musée sur la vie et l’œuvre du rabbin Kook.

FESTIVITÉS DE YOM YEROUSHALAYIM (1967-2021)

טיש ירושלמי – TISH YEROUSHALMI

La maison du Rav Kook en fête dimanche כ »ז אייר » – 9  – mai 2021
Pour honorer Jérusalem capitale d’Israël et le rav Maran Kook zatsal, les 54 ans de la réunification de la ville et les 117 ans de la Alya du rav en Eretz Israël.
AU PROGRAMME :
19:15 Prière de Minha
19:30 Prière festive de Arvit (tradition Karlibach)
20:30 Tish Yeroushalmi

PARTICIPANTS :
Le grand rabbin de Jérusalem le rav Arié Shatran Shlita
Le maire adjoint Arié King
Tat Alouf Efi Etam
Le commandant en chef Yoram Zamouch qui fut l’un des libérateurs du kotel en 1967 (il est sur la fameuse photo!)
Yehouda Freudiger conseiller municipal
Des rabbins et d’autres personnalités

ACCOMPAGNEMENT MUSICAL PENDANT LA PRIÈRE ET LE TISH Yohaï Ben Avi

Evénement réservé aux porteurs du TAV YAROK
À SUIVRE EN LIVE sur facebook : https://www.facebook.com/JerusalemBeitHaravKook

Située au coeur de la ville de Jérusalem, la maison du Rav Kook est une  demeure d’apparence quelconque et sans prétention qui révèle tous ses secrets si l’on prend un peu de temps pour s’y arrêter. C’est là que le rav Avraham Kook, alors grand rabbin ashkenaze d’Israël, réside, travaille et étudie de 1923 jusqu’à sa mort en 1935. La fameuse yeshiva Merkaz Harav y fit ses débuts et continua jusqu’en 1955. C’est en 1964 que la yeshiva sera transférée dans le quartier de Kiryat Moshe.
Depuis, l’endroit a été préservé intact et une partie musée y a été ajoutée. On peut y suivre à travers des vidéos et de grand panneaux illustrés, le parcours de la vie du Rav Avraham Itzhak Hacohen Kook Zatzal, ville par ville, à l’étranger et en Eretz Israël.

Les paroles d'origine sont extraites du livre Orot Hakodesh

Sept ans après l’attaque (Attentat de la yeshiva Merkaz Harav où 8 jeunes élèves ont été assassinés en 2008), les étudiants de la yeshiva participent à un autre projet de commémoration musicale : et cette fois, leur professeur Rabbi Elyashiv Berlin arrange une chanson qui devenu un classique avec Ophir Sobol et le chanteur des hauteurs Bini Landau. Les paroles sont du rav Kook :

בֶּן אָדָם, עֲלֵה לְמַעְלָה עֲלֵה.

כִּי כֹּחַ עַז לְךָ יֵשׁ לְךָ כַּנְפֵי רוּחַ, כַּנְפֵי נְשָׁרִים אַבִּירִים.

אַל תְּכַחֵשׁ בָּם פֶּן יְכַחֲשׁוּ לְךָ.

דְּרושׁ אוֹתָם – וְיִמָּצְאוּ לְךָ מִיָּד.

דּרושׁ אוֹתָם –
דרוש בן אדם
ויימצאו לך מיד.

Maison du Rav Kook
Exposition sur la vie et la vision du Rav Kook
9 Rabbi Kook Street
Tél : 02 623 25 60
Site internet : http://www.beit-harav.org.il/

Heures d’ouverture MAISON DU RAV KOOK
Du dimanche au jeudi de 10:00 16:00

APRÈS INTERRUPTION RETOUR DE LA
PRIÈRE DE MINHA tous les jours à 14:00
à partir de la semaine prochaine dimanche 9 mai 2021

En 1917, alors rabbin à Londres, le rav Kook réagit aux critiques qui fusent dans certaines communautés juives contre la déclaration Balfour

Le rabbin Abraham Kook élève alors la voix. Il avait quitté son poste de Jaffa (cf. supra p. 271) pour un bref séjour en Allemagne. Arrivé à Berlin quelques jours avant la déclaration de guerre, il est, après le 2 août 1914, incarcéré comme ressortissant russe, donc ennemi. Des rabbins allemands s’efforcent d’obtenir sa sortie de prison. Ils y réussissent, à la condition qu’il quitte au plus vite l’Allemagne. Abraham Kook trouve refuge en Suisse, où la famille d’un de ses disciples l’héberge dans la petite ville de Saint-Galles. Il y reste plus d’un an. Impossible, étant donné la guerre, de rejoindre la Terre sainte. Au début de 1916, une communauté juive de Londres l’invite à être son rabbin, proposition qu’il accepte. Il se trouve donc à Londres en novembre 1917. Quelques semaines après la publication de la déclaration Balfour, et en réaction vigoureuse à tous ses détracteurs, le rabbin Abraham Kook publie une sorte de manifeste, dont il demande que soit donnée lecture dans toutes les synagogues orthodoxes de Londres.

Nous ne connaissons d’autre judaïsme que le judaïsme un et indivisible. La question de savoir si notre vie intérieure a ses sources dans notre patrimoine national ou dans notre patrimoine religieux est absurde, et le débat que l’on voudrait instaurer autour de cette question constitue une amère ironie. « Tu es Un, Ton Nom est Un, y a-t-il au monde un peuple semblable au peuple Un qu’est le peuple juif ? »: telle est la définition solennelle et éternelle du judaïsme.

Nous élevons une protestation publique et énergique contre tous ceux qui tentent de déchirer l’âme juive, contre tous ceux qui essaient de pulvériser l’admirable unité des Juifs et du judaïsme. Nous ne connaissons d’autre judaïsme que le judaïsme un et indivisible. La question de savoir si notre vie intérieure a ses sources dans notre patrimoine national ou dans notre patrimoine religieux est absurde, et le débat que l’on voudrait instaurer autour de cette question constitue une amère ironie. « Tu es Un, Ton Nom est Un, y a-t-il au monde un peuple semblable au peuple Un qu’est le peuple juif ? »: telle est la définition solennelle et éternelle du judaïsme. Elle ne supporte ni déchirures ni partages. C’est au nom de l’unité indivisible et sacrée du judaïsme que nous élevons notre protestation solennelle contre les révoltés, les calomniateurs, les hypocrites, de quelque bord qu’ils soient. C’est au nom de l’unité indivisible et sacrée de notre peuple, dans l’entrelacement indéchirable de son corps et de son âme, de sa vocation physique et spirituelle, que nous proclamons nos revendications indivisibles, et que nous en exigeons la réalisation de la part de tous nos amis et de tous nos frères, sans exception, et de la part de tous les peuples civilisés, sans exception.

Nous revendiquons la restitution intégrale de ce dont nous avons été dépossédés. L’abominable injustice commise à notre égard doit être réparée d’une manière intégrale. Nous exigeons que l’on nous restitue tout à la fois notre Terre sainte et nos droits d’hommes, notre dignité humaine, nos droits nationaux et notre émancipation dans tous les pays du monde, et que la restitution de tout cela se fasse intégralement, sans compromis, sans hypocrisie, en un geste intégral et indivisible.

Source : La vie juive en Terre sainte 1517*1918 – Renée Neher-Bernheim

Rav Avraham Itzhak Hacohen Kook Zatzal (1865-1935)

Rav Zvi Yehouda Kook Zatzal (son fils – 1891-1982)

Partager cet article :

About roland

Redacteur en chef, à Jerusalem-info.com A travaillé auparavant à la rédaction de Startup Europe Israël et Optical Center A Jérusalem depuis 1995

  • Instagram
  • Email

Ajouter un commentaire

Nous sommes à l'écoute de vos réactions. Connectez-vous et envoyez nous votre commentaire!*