14 juillet 2013

Visitez les Institutions de Sion…

Il n’y a pas que les musées qui sont ouverts au public. Les grandes institutions se lancent aussi dans le tourisme, à la fois pour leur architecture, souvent remarquable, mais aussi et surtout pour expliquer au plus grand nombre leur rôle dans le paysage politique et sociétal actuel. Après la Knesset, le parlement, et la Cour Suprême, c’est au tour de la Banque d’Israël d’offrir à tout un chacun, une exposition très intéressante sur la monnaie et le système bancaire. Suivez nous donc au cœur des institutions pour des visites pas comme les autres…

La Banque d’Israël

BOI2

Honneur au dernier venu dans le clan des institutions qui se visitent. En effet, c’est à l’occasion du dernier Yom Haatsmaout, jour anniversaire de la Déclaration de l’Indépendance d’Israël, le 29 avril dernier, que la Banque d’Israël a ouvert son Centre d’Accueil. Il se situe dans le bâtiment de la Banque, que l’on appelle le bateau, aux vues de sa forme, et qui se trouve en face de la Cour Suprême.

L’exposition est divisée en trois parties :  Une exposition de billets et de monnaies, commentée par un guide  Deux films : un sur l’histoire de la monnaie et l’autre sur l’inflation  Des ordinateurs de jeu pour comprendre de façon ludique les différents rôles de la Banque d’Israël.

Mais commençons la visite qui dure environ 1h30. Le premier film (en anglais ou hébreu) retrace l’histoire de la monnaie. On y découvre comment se faisaient les échanges avant la création de l’argent, puis l’introduction progressive de la monnaie sous forme de métal puis de pièces telles que nous les connaissons encore maintenant.

Les différentes vitrines de l’exposition permettent alors de suivre l’évolution des échanges, du troc, à l’utilisation de valeurs comme des bijoux, vers notre système actuel. Le saviez-vous mais l’histoire de la monnaie se confond parfois avec l’histoire avec un grand H. Les fouilles permettent de retrouver des monnaies très anciennes et donc de déterminer quelle civilisation ou quel roi régnaient sur tel ou tel pays. La monnaie est en effet un facteur d’appartenance et de domination. Il est aussi intéressant de suivre au fil des vitrines l’évolution graphique et symbolique des pièces et billets, sous le mandat britannique et depuis l’indépendance d’Israël. Le saviez vous mais les shekalims, les pièces de monnaie, ont toujours repris les motifs de pièces très anciennes découvertes lors de fouilles. Pour les billets par contre c’est une autre histoire. Au début de la création du pays ils arboraient des formes empruntées à la nature. Puis on y a célébré les forces vives qui participaient à la création et au développement du pays comme les laboureurs par exemple. Ce n’est qu’à partir de 1969 que de vrais personnages existants ou ayant existés sont apparus sur les billets, Albert Einstein pour n’en citer qu’un. Une vitrine rappelle aussi, qu’il y a eu sous l’empire Ottoman des pénuries de monnaies. Des substituts, pièces sans valeur faciale, morceaux de carton, avaient alors été mis en circulation. Une autre vitrine montre une collection de billets imprimés en Israël sous le Mandat Britannique mais jamais mis en circulation. Ils devaient parer un éventuel problème d’approvisionnement de monnaie venant directement de Grande Bretagne.

BOI1

Le deuxième film raconte lui les différents rôles de la Banque d’Israël dont le premier est de garantir la stabilité des prix et donc de lutter contre l’inflation. Mais qu’est ce que l’inflation? Vous le découvrirez par l’exemple. Mais la Banque d’Israël a encore d’autres fonctions, comme celle d’être le conseiller et le banquier du gouvernement, de représenter Israël dans les instances monétaires internationales, de superviser le système bancaire du pays etc…

Une fois que vous aurez compris tout ça vous serez prêts à vous lancer dans la compétition. Venez utiliser vos nouvelles connaissances devant les écrans d’ordinateurs. Serez-vous reconnaitre de faux billets? Pourrez-vous répondre aux différentes questions du quizz et engranger des points pour votre équipe? Arriverez-vous à vendre et acheter des monnaies étrangères pour finalement en retirer un bénéfice en votre faveur? Aurez-vous la bonne attitude bancaire pour accorder des prêts sans faire faillite? Autant de jeux qui dans la réalité font partie des rôles de la Banque d’Israël, institution créée en 1954 par un vote à la Knesset et qui ne gagnera sa complète indépendance qu’en 1985.

Un voyage passionnant et ludique au pays de la finance et du système bancaire.

Banque d’Israël Givat Ram Tél : 02 655 28 28 Site internet : www.bankisrael.gov.il/vcenter.htm Mail :
mevakrim@boi.gov.il
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
Visite pour particulier ou groupe du dimanche au jeudi de 9h30 à 14h30 uniquement sur réservation

La Cour Suprême

supremecourt3
A quelques mètres de la Banque d’Israël se trouve la Cour Suprême. Cette institution judiciaire se visite depuis quelques années.

Le rôle de la Cour Suprême en Israël est d’être à la fois une cour d’appel, pour le pénal et le civil et une Haute Cour de Justice, statuant sur la légalité des décisions du gouvernement et le contrôle de la constitutionalité des lois. Elle est composée de 14 membres, nommés par un comité indépendant. Jusqu’en  1992, la Cour Suprême d’Israël était installée dans le quartier russe du centre ville. En 1984, le Fonds Rotchild, Yad Hanadiv, proposa de construire un nouveau bâtiment pour accueillir cette noble institution. Un concours d’architecture fut lancé en 1986 et remporté par une équipe israélienne.

Ce qui est intéressant dans la visite de la Cour Suprême c’est qu’on peut observer dans ces différentes parties, ce qui inspira les architectes dans leur démarche. En effet, dans tout le bâtiment,  trois contrastes sont mis en valeur :  La lumière extérieure qui est largement utilisée pour éclairer l’intérieur  L’ancien et le nouveau mis en valeur par le mélange d’éléments architecturaux très modernes et des emprunts faits aux monuments de l’histoire de Jérusalem  La ligne droite et le cercle, symboles pour la ligne de la droiture et pour le cercle de l’idéal de justice.

Suivant le guide la visite, d’une heure environ, suivra un plan différent. Elle passera d’abord par la bibliothèque pour une explication sur le contexte historique et architectural de la Cour Suprême. Mais aussi pour souligner l’importance du livre dans la culture juive, et plus précisément du livre de loi, dans le travail de cette institution.

supremecourt1

Ce n’est qu’après ce passage au cœur du bâtiment et du fondement de la loi que l’on aborde le foyer, ou se rencontrent avocats, clients et journalistes et les salles d’audience. Suivant le planning du jour, on aura la chance d’assister à quelques minutes d’une audience. La visite se termine généralement par la Cour des Arches qui abrite de chaque cote les bureaux des juges. Elle est traversée en son milieu par un étroit bassin linéaire symbolisant la loi, le droit chemin, qui est entoure de cercles symbolisant  la justice.

Suivant le temps que prend la visite, il est possible aussi d’accéder au Musée de l’Héritage Judiciaire qui présente les documents relatifs au système judiciaire des différentes périodes allant de l’empire Ottoman à l’époque actuelle en passant par le Mandat Britannique. Un film, en hébreu, propose une simulation d’un cas réel dont la Cour Suprême s’est occupée.

Cour Suprême d’Israël Shaarey Mishpat street Site internet : www.court.gov.il Renseignements : 02 675 96 12 Visites du dimanche au jeudi de 8h30 à 14h30. Départ d’une visite guidée toutes les 30 minutes environ sur réservation (possibilité de la faire en français). Visite guidée en hébreu à 11h, en anglais à 12h.

La Knesset

laknesset

Souvent au cœur de l’actualité politique israélienne, la Knesset, son parlement, peut se visiter de deux façons.  Suivre une visite guidée  Aller assister à une session

La Knesset est la détentrice du pouvoir législatif israélien et exerce également un contrôle sur le pouvoir exécutif. Elle vote les lois, le budget, contrôle le gouvernement et peut le censurer, élit le président. En Israël, le pouvoir législatif est monocaméral. La Knesset compte 120 députés, élus pour un mandat de 4 ans. Depuis la création de l’Etat d’Israël, seules deux assemblées, sur 18, ont effectivement duré 4 ans. La plupart ont connu des mandats raccourcis dû à des élections anticipées. .

La Knesset s’est réunie pour la première fois le 14 février 1949. Elle siégeait alors de façon provisoire dans un bâtiment de la rue King Georges au centre de Jérusalem. Cette situation dura toutefois plusieurs années. En effet, ce n’est qu’en 1966 que fut inauguré le bâtiment actuel situé à Givat Ram.

La visite guidée de la Knesset dure environ 30 minutes. Elle présente tout d’abord un film pour les visites en anglais, hébreu et arabe. Puis on passe dans le Hall Plénière où se réunissent les députés et ou sont discutées et votées les lois. La visite continue par le Hall Chagall décoré par l’artiste de tapisseries et de mosaïques – voir notre balade n°4. Enfin, on circule dans tout le bâtiment en s’arrêtant pour s’entendre expliquer l’histoire de la Knesset, son rôle et ses procédures.

knesset1

Il est également possible pour tout un chacun d’assister à une séance de la Knesset. Assis sur des gradins, derrière une baie vitrée, on peut, avec un peu de chance, assister à des échanges plus ou moins virulents et même observer certains votes.

Knesset Hakiryah, Jérusalem Renseignements : 02 675 34 16 Site internet : www.knesset.gov.il La Knesset fête cette année ses 60 ans. Profitez-en pour aller sur son site pour découvrir une rétrospective toute en images de ses 60 années d’exercice qui riment bien souvent avec la grande et la petite histoire d’Israël. Visites guidées les dimanches et jeudis aux heures suivantes : Français : 12h45 Hébreu : 9h15, 9h30, 10h15, 11h, 12h15 et 14h Anglais : 8h30, 12h et 13h45 Pour assister a une session : Lundi 16h, Mardi 16h et Mercredi 11h Attention, que ce soit pour la visite guidée ou pour assister à une session, vous devez vous présenter avec votre carte d’identité israélienne ou votre passeport. Il y a également un règlement assez strict sur la tenue vestimentaire : pas de shorts, pas de ventre à l’air et les crocs ne sont admises que si elles sont noires ou bleu marine.

Partager cet article :