23 juin 2013

Pisgat Zeev

Après la guerre de 6 jours, la partie est de Jérusalem est annexée par Israël. Le gouvernement décide alors de construire des « satellites »tout autour de la ville existante, qui compte alors 250 000 habitants, pour y augmenter la population juive. C’est ainsi que Talpiot Est et Ramot Allon sont planifiés à partir de 1971 et que Gilo et Neveh Ya’acov suivent un an plus tard.

 

Vue aérienne de Pisgat Zeev

Pisgat Zeev fait lui aussi partie de ce réseau de « satellites » de la capitale. Le quartier est donc programmé à partir de 1982 dans le but de créer une continuité entre le quartier de French Hill et celui de Neveh Ya’acov. Pisgat Zeev se compose  de 4 parties. Pisgat Zeev Merkaz (central) qui en est la partie originelle et donc la plus vieille, Pisgat Zeev Ouest qui borde le quartier arabe de Beith Hanina, Pisgat Zeev Mizrah (Est) en face du désert de Judée et Pisgat Zeev Nord, qui borde Neveh Ya’acov et qui est la partie la plus récente.

       
L’entrée du quartier

Mais Pisgat Zeev est une région peuplée depuis bien plus longtemps que cela. En effet, elle était située sur la route ancienne qui reliait Jérusalem à Naplouse et de la plus loin allait vers La Galilée et même Damas. C’est pourquoi durant les travaux de construction de ce nouveau quartier, les archéologues découvrent de nombreux vestiges, témoins de la vie passée dans ces collines. D’ailleurs le nom de Pisgat Zeev vient à la fois du paysage fait de colline, pisga en hébreu  et de Zeev le nom de Zeev Jabotsinsky, grand personnage de la construction d’Israël que l’on voulait honorer.
Aux temps bibliques, le quartier de Pisgat Zeev est une zone agricole riche peuplée de petits villages. Il est considéré comme une des greniers à grains de l’époque et cela sur la période, de 1200 avant notre ère jusqu’à la destruction de Jérusalem par les babyloniens en 587 avant notre ère. Les nombreux vestiges liés à la production de vin et d’huile d’olive qui sont découverts laissent à penser que c’est Pisgat Zeev qui fournissait en huile et en vin le service du Temple.
Pendant la période romane-byzantine, des églises et des monastères sont construits dans la région ainsi que des petits villages. Du 5e au 8e siècle, un grand monastère grec surplombe les hauteurs. La date en a plus ou moins été déterminée par la mosaïque retrouvée dans ce qui semble avoir été la chapelle ainsi que par la presse à olives, les pots et même le sac de 200 pièces retrouvé dans une des chambres.

A l’ouest de Pisgat Zeev se trouve la colline de Tel el Ful qui culmine à 840 mètres. C’est le point le plus élevé de la région. Il correspond probablement au lieu décrit dans la bible comme étant Guivat Shaul, la capitale de la tribu de Benjamin.

Une des synagogues du quartier

Aujourd’hui Pisgat Zeev est le quartier le plus peuplé de Jérusalem avec plus de  50 000 habitants. Il est devenu un lieu prisé par les familles et les jeunes couples qui cherchent à échapper aux prix trop élevés du centre ville. Des statistiques montrent d’ailleurs que 40% de la population a ici moins de 21 ans. C’est pourquoi le quartier compte de très nombreux jardins d’enfants (près d’une soixantaine) et écoles primaires et même quelques collèges et lycées. La population est assez mixte, entre religieux et laïques, mais on y trouve beaucoup de synagogues (plus de 20 et de nombreuses en construction), de toutes tendances. L’arrivée, il y a de cela moins de 10 ans du Kanyon, centre commercial, a renforcé l’offre commerciale du quartier et il n’est plus nécessaire d’aller jusqu’à Talpiot pour trouver ce que l’on cherche directement sur place. Le tramway, dont plusieurs arrêts desservent Pisgat Zeev, devrait régler une partie des problèmes de circulation, surtout aux heures de pointe du matin et du soir. Il faut savoir que Pisgat Zeev est souvent surnommé par ses habitant Pkak Zeev ce qui signifie le bouchon de Zeev.

 Le Centre commercial de Pisgat Zeev

La proximité de l’Université Hébraïque du Mont Scopus, fait de Pisgat Zeev un quartier également recherché par les étudiants. Au départ, principalement peuplé par l’immigration russe, Pisgat Zeev accueille aujourd’hui surtout des jeunes familles.  Ici il est possible de s’acheter une maison avec un jardin et une terrasse pour 30% de moins qu’au centre de Jérusalem, tout en bénéficiant des autres avantages que proposent la capitale, puisque Pisgat Zeev fait partie intégrante de la municipalité de Jérusalem. D’après les dernières transactions enregistrées dans la quartier, un appartement de 3 pièces d’environ 70 m² revient entre 1 et 1,15  millions de shekels, un 5 pièces d’environ 125 m², entre 1,7 et 1,9 millions de shekels.

 Petite ballade à Pisgat Zeev dans la vidéo ci dessous 


Contrairement à d’autres quartiers de la capitale, les prix restent relativement stables à Pisgat Zev et devraient même peut être s’appréciés une fois que le tramway fonctionnera à plein régime. En effet, il devrait mettre Pisgat Zeev à 43 minutes du Mont Herzl, soit à environ une demi-heure seulement de la Gare Centrale d’autobus et cela avec des fréquences de tramway toutes les 4 minutes. D’ailleurs, plusieurs nouveaux programmes sont en construction, insistant tous sur les bienfaits d’habiter dans la verdure tout en profitant de tous les avantages d’une capitale.

Ecrit par Valérie Cudkowicz

 

Partager cet article :