Site du tourisme francophone à Jerusalem
kotel
Balade 3 : To be or not Tu Bishvat | Version imprimable |

 

La question ne se pose pas. Nous sommes au mois de Shvat, mois de la renaissance de la nature. Profitons-en pour sortir et se promener dans les parcs et jardins de Jérusalem, planter un arbre et déguster de nombreux fruits.

Jérusalem n’est pas une ville très verte. Cela est sans doute dû au climat. Mais il existe par-ci, par-là, quelques touches de verdure dans lesquelles il fait bon, à la sortie de l’hiver, se promener et respirer le renouveau de la nature.

 Se promener

Tayelet Hass Promenade à Talpioth     

Le Talmud raconte que D’ieu a fait descendre dix mesures de beauté sur le monde et que Jérusalem en a pris neuf. C’est en marchant sur cette promenade aménagée en terrasses et en ouvrant grand les yeux sur le paysage que l’on comprend cette histoire.

En effet, de ce coin de verdure à quelques pas de la zone commerciale de Talpioth, on bénéficie d’une vue exceptionnelle sur Jérusalem, la vieille ville, la ville moderne et les villages arabes des alentours. On a véritablement l’impression de se trouver devant une carte postale. Et l’effet est encore plus impressionnant au coucher et au lever du soleil.

 Plusieurs aires de jeux font le bonheur des enfants, des pelouses sous les oliviers accueillent les promeneurs pour un pique nique ou une pause, des points d’eau tout au long de la promenade permettent de se rafraichir aux heures les plus chaudes de la journée. A certaines périodes, on peut même louer des rosalies, engin hybride entre la voiture à pédales et le vélo familial et partir sur les hauteurs de la promenade voire plus loin dans le quartier. Mais attention, les rosalies ne descendent pas les escaliers…Alors réservez vous un petit temps pour une balade à pied, car à chaque marche, le paysage change, tel ces images en relief des enfants.

Le Jardin Botanique de Jérusalem

Voici encore un endroit féerique. Même si en ce moment il n’est pas encore complètement en fleur, il présente un dépaysement certain et un retour à la nature.

Le Jardin Botanique de Jérusalem est situé sur le campus de l’Université de Guivat Ram. Cette localisation n’est pas un hasard puisqu’un des objectifs de ce jardin est le développement et la recherche de nouvelles espèces. Contrairement aux jardins botaniques classiques, celui de Jérusalem n’est pas ordonné par familles de plantes. Il est distribué par région phyto-géographique, c'est-à-dire qu’il regroupe les plantes par climats. Il y a actuellement six sections qui sont : l’Afrique du Sud, l’Europe, l’Amérique du Nord, l’Australie, l’Asie Centrale et la Méditerranée. Une serre tropicale permet aussi d’admirer une très belle collection d’orchidées et de plantes carnivores.

Le premier Jardin Botanique de Jérusalem a vu le jour à la fin des années 1920 à côté de l’Université du Mont Scopus. En 1931 les premières plantations ont débuté et le jardin a continué à se développer jusqu'à la Guerre d’Indépendance avant d’être plus ou moins abandonné. Mais la création en 1958 d’un nouveau campus universitaire à Guivat Ram s’est accompagnée de la décision d’y créer également un nouveau Jardin Botanique. Son développement a alors suivi les hauts et les bas budgétaires de l’Université, jusqu'à la création d’un comité réunissant l’Université, la municipalité de Jérusalem et le Fonds National Juif dans les années 1970. En 1985, le jardin ouvre ses portes au public et un an après, apparait la serre F. Dvorsky.

Le Jardin Botanique propose en plus des visites libres, des visites guidées en hébreu et en anglais, des activités pour la famille pendant les vacances et des expositions.

Tu Bishvat à Jérusalem : Planter un arbre et déguster des fruits

Pour fêter la fête de Tu Bishvat, il est une tradition de planter un arbre et de déguster 15 fruits différents, dont au moins les sept variétés citées dans la bible, soit le blé, la figue, le raisin, l’olive, la date, l’orge et la grenade.

 Voici des adresses pour planter un arbre.  

Avec le KKL, plantez un arbre à différents endroits du pays.

Pour les israéliens, appelez le 1800 350 550. Il y a plusieurs lieux de plantation. Quand vous vous inscrivez, on vous donne le lieu et l’heure de rendez-vous pour participer aux différentes activités organisées tout au long de l’année.

Pour les touristes, appelez Elie au 050 777 40 61, participation de 10 $/adulte et 5$/enfant. Les arbres sont plantés à Neot Kdumim à côté de Modiin. Chaque planteur reçoit un diplôme a la fin de son jardinage.

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, planter un arbre de façon virtuelle sur le site du KKL. Tapez www.kkl.org.il et faites planter un arbre à votre nom. Il vous en coutera 36 NIS par arbre et 8 NIS si vous voulez un certificat (ce dernier est gratuit au delà de 5 arbres plantés).

Mahane Yehuda    

Pour trouver des fruits, une seule adresse : le marché Mahane Yehuda. Les shouks juifs sont concentrés sur quelques rues mais l’animation du lieu est inversement proportionnelle à sa superficie.

Le marché, qui au départ s’appelait le marché Bet Yaakov, a finalement pris le nom du quartier qui l’entoure, Mahane Yehuda, construit à la fin des années 1880. Du temps du mandat Ottoman, il se développe dans tous les sens et sans plans définis. Les Anglais vont alors quelques années plus tard, dans les années 1920, ordonner des travaux, les conditions sanitaires étant devenues catastrophiques. Au fil des années, le marché décline et plusieurs attentats s’y produisent, diminuant encore le nombre de ses visiteurs.

Mais le marché a repris vie depuis plusieurs années. Des travaux de rénovations, l’ajout de toitures au dessus des rues, l’ont à nouveau rendu un endroit très attractif de la ville. Aujourd’hui on compte plus de 250 marchants, principalement de denrées alimentaires. Mais l’ouverture de nouvelles boutiques, notamment dans la mode ainsi que l’apparition de cafés et restaurants ont amené un nouveau public dans les lieux.

L’ambiance dans ces rues étroites monte au fur et à mesure que la semaine avance. Elle arrive à son apothéose le vendredi, quelques heures avant l’entrée du Chabat, qui marque également la fermeture hebdomadaire du shouk. Impossible de recommander telle ou telle étale. Il faut déambuler et regarder. Bien sûr on peut comparer les prix, qui sont généralement plus intéressants que dans les magasins de la ville. Mais il faut se laisser porter par les couleurs, les odeurs et le bagout des vendeurs même si on ne comprend pas tout.

Alors pour votre plateau de fruits, pensez aussi aux fruits secs qui sont une des spécialités des shouk.

Lire aussi nos autres balades

 

 

Partager sur &
© TobeWeb - Tout droits réservés - Information sur Israel