14 juillet 2013

JERUSALEM DES TEMPS ANCIENS AUX TEMPS FUTURS

Durée : environ 2 h

Jérusalem est une ville plusieurs fois millénaires qui offre de nombreuses facettes à découvrir. C’est également une ville de contraste, point de rencontre entre l’Est et l’Ouest, entre l’histoire ancienne et le présent. Ici les vestiges du passé côtoient les bâtiments du 21e siècle. Certains endroits sont même arrivés à faire la synthèse des deux.

Voici une balade qui vous invite à passer du centre historique de Jérusalem, le Kotel ou Mur Occidental, au centre bourdonnant des commerces et restaurants, la zone piétonnière de Ben Yehuda. On passe de la Cité de David aux magasins hightech en seulement quelques encablures. Alors levez le nez, remontez le temps dans tous les sens et appréciez le mariage improbable mais réussi entre l’ancien et le moderne.

Le Kotel

Départ de la balade devant le Kotel ou Mur Occidental. C’est un endroit idéal pour débuter une promenade, quelque soit l’heure de la journée. En effet, 24 heures sur 24, ce vestige, mur extérieur du Second Temple, détruit en 70 de notre ère, fourmille d’une foule plus ou moins dense. Accessible à tous moments du jour et de la nuit, on y croise des hommes et des femmes, venus adresser une prière au pied de ce mur, symbole, voire emblème de Jérusalem.

Prenez les escaliers qui surplombent l’esplanade pour vous retrouver dans la vieille ville. N’hésitez pas à faire plusieurs arrêts sur ces marches car chacune d’elles vous dévoilent un peu plus d’un panorama exceptionnel qui englobe la vieille ville de Jérusalem avec le Kotel en premier plan surmonté des deux dômes des mosquées. En arrière plan, le Mont des Oliviers et ses couleurs changeantes suivant l’heure de la journée.

Entrez dans le vieux quartier juif et déambulez le long de ses ruelles étroites bordées de boutiques de souvenirs, d’ateliers d’artistes, de petits restaurants et bien sur de synagogues. En empruntant les rues Tiferet Yisrael, puis Habad sur la gauche et enfin Armenian Patriachate, vous arriverez à la porte de Jaffa.

La Mamilla

Laissez la vieille ville et ses murailles pour vous engouffrer dans la magnifique réalisation de la Mamilla. Ce centre commercial à ciel ouvert offre une reconstitution historique de cette route Mamilla, la première à sortir de la vieille ville et qui était bordée de nombreux bâtiments. En effet, à la fin du 19s siècle, elle accueillait les commerçants et les artisans qui ne trouvaient plus de place dans la vieille ville surpeuplée.  Après l’indépendance d’Israël et durant la guerre de 1948, la zone devient une zone de combat. Après l’armistice de 1949, trois quarts de la Mamilla passent sous contrôle israélien et le quart est restant devient une sorte de no-man’s land de barbelés entre Israël et la Jordanie.  Enfin, après la Guerre des Six Jours en 1967, Israël reprend le contrôle sur toute la zone, mais les combats ont détruit beaucoup de bâtiments. Notamment un, la Maison Stern, dans la quelle avait séjourné Théodor Herzl, le leader sioniste, lors de son voyage en 1898.

Restée longtemps une zone à développer, ce n’est que récemment que le quartier a bénéficié de plans de développement. Des hôtels, le quartier résidentiel de la Cité de David et la rue commerçante à ciel ouvert de la Mamilla ont redonné vie à cette partie de la ville, véritable lien entre la ville ancienne et la Jérusalem moderne.

Déambulez parmi ses boutiques de mode et de produits de luxe. Installez vous sur une de ses terrasses qui offrent une vue magnifique à la fois sur les murailles et sur le quartier de Yemin Moché. Chez Aroma vous pourrez déguster des salades fraiches et appétissantes tout en admirant le panorama. Mais si vous le préférez, vous pourrez vous accorder une pause en vous lovant dans un des canapés installés à l’extérieur du Rimon Café ou à la terrasse du Café Café devant Steimasky. Profitez en pour visiter cette superbe librairie, Steimasky, qui associe sur différents niveaux, librairie israélienne et étrangère, exposition de photos et cafés. Vous noterez en ressortant que la façade de la librairie, comme quelques autres bâtiments aux alentours, a gardé ses pierres numérotées, tel un énorme puzzle.

Remontez par l’amphithéâtre qui se trouve au milieu de la rue commerçante et qui permet certains jours de suivre concerts et autres attractions. En tournant à gauche sur Hativat Yerushalayim vous arriverez à Kikar Tzahal et de l’autre côté de la rue à l’entrée de Jaffa street. En longeant cette rue sur quelques dizaines de mètres, vous verrez apparaitre à votre droite, Kikar Safra et les bâtiments de la mairie.

La Mairie

Cela fait presque un siècle que les bâtiments de la mairie se trouvent au même endroit. Toutefois, l’expansion rapide de la ville après l’indépendance, a poussé le maire, Teddy Kollek, à entreprendre dans les années 1980, la planification et la construction du complexe municipal tel qu’il existe aujourd’hui. En effet, il n’a jamais voulu quitter les bâtiments historiques de la municipalité et leur emplacement, lien géographique entre la Jérusalem historique et moderne.

Il faut savoir qu’avant la construction du nouveau Complexe Municipal, les services administratifs de la ville étaient disséminés dans plus d’une trentaine de bâtiments à travers la ville. Aujourd’hui tous les services sont regroupés et plus de 2000 personnes travaillent au même endroit.

Entrez dans le Complexe Municipal par Safra Square, dédié aux parents du fameux financier Edmond Safra, magnifique esplanade plantée de hauts palmiers et gardée par une joyeuse troupe de lions colorés, symboles de Jérusalem. Une fontaine appelée « la vis d’Archimède » permet d’envoyer de l’eau dans le Jardin de Daniel, nommé d’après le premier maire de la ville, par un ingénieux système souterrain de tuyaux.

La place centrale est impressionnante par ses dimensions. Pendant les fêtes de Souccoth, fête des cabanes, en automne, une gigantesque souccah se dresse au milieu de la place. Ouverte à tous les vents et surtout à tous les passants, elle est le lieu de rendez vous de tout un chacun, pour un repas ou pour profiter des différentes attractions proposées pendant cette période.

Le Complexe Municipal est composé de 12 bâtiments dont trois nouveaux. Ils ont chacun un numéro afin de faciliter les démarches des yerosolumitains. Le bâtiment 1, grand bâtiment moderne à votre gauche, abrite les bureaux du maire et de son conseil. Au 6e étage se trouve un balcon d’où on peut jouir d’une étonnante vue panoramique sur Jérusalem. Le bâtiment 2, petit bâtiment juste derrière, est un des plus anciens. Il date de 1860 et abritait originalement le consulat russe avant de devenir pour quelques années une maternité. Le bâtiment 4, à droite de la place centrale, date de la fin du 19e siècle. Il abritait les laboratoires du l’Université. Les bâtiments 7 et 9, qui donnent sur Kikar Tzahal sont appelés Bagel buildings, car ils faisaient parties d’une célèbre fabrique de bagel, ces petits pains ronds avec un trou au milieu. Le Bergheim House ou bâtiment 5 appartenait à un commerçant allemand avant de devenir un hôtel. Le bâtiment 10, le long de Jaffa street, est le bâtiment historique de la mairie datant de 1932.

Tous ces bâtiments combinent architecture traditionnel et  moderne. Le dôme qui surplombe la Salle des Conseils rappelle celui du Hisham Palace de Jéricho. Si la Municipalité reste disséminée dans plusieurs bâtiments et non dans un seul, c’est entre autre pour respecter le paysage urbain et ne pas le défigurer par un bâtiment trop haut. Les bâtiments les plus anciens ont été conservés mais leur intérieur aménagé pour répondre aux exigences d’une administration du 21e siècle.

L’ascenseur du temps

Quittez la mairie par Kikar Safra et remontez Jaffa street par la droite jusqu’à Ben Yehuda street. La progression n’est pas toujours facile car la ville est en pleine construction de sa première ligne de tramway et celle-ci empruntera cette rue. Prenez à gauche la rue piétonne Salomon steet, rue typique du centre ville avec ses boutiques d’artistes et ses petits restaurants. Au bout de la rue vous tomberez sur Hillel street. A gauche, au numéro 37, se trouve une attraction qui vous fera remonter le temps, confortablement assis dans votre fauteuil.

L’ascenseur du temps vous conte pendant quelques trente minutes toute l’histoire de Jérusalem. Shalem, personnage joué par l’acteur Haim Topol, « d’un violon sur le toit » vous guide à travers 3000 ans d’histoire de la ville. Du Prophète Jeremy à l’indépendance d’Israël et au développement de Jérusalem, en passant par la destruction des deux Temples, la conquête romaine et bien d’autres événements, vous participerez à cette histoire pleine de rebondissements et d’émotions. Des écouteurs vous permettent de suivre cette épopée en français ou dans plusieurs autres langues. La salle de projection est équipée de sièges spéciaux qui ajoutent une dimension sensorielle à l’aventure. Vous n’êtes plus spectateurs mais acteurs de ce qui se passe. Très attractif pour les petits et les grands, l’Ascenseur du Temps n’est toutefois ouvert qu’aux enfants à partir de 5 ans.

Ben Yehuda

Maintenant que vous avez fait le plein d’histoire, dans tous les sens du terme, vous pouvez retourner sur Ben Yehuda street pour vous fondre dans la foule animée de ses passants. Cette rue piétonne, cœur battant du centre de la ville, vous offre une ribambelle de restaurants, de boutiques de souvenirs et de mode sans oublier ses musiciens en herbe ou professionnels qui se produisent à chaque intersection.

En haut de la rue, juste avant d’arriver au croisement avec King Georges, vous pourrez si vous êtes gourmand faire une pause à la nouvelle adresse du glacier Aldo. Personne ne peut résister à ses glaces, dont rien que les noms, nous replonge au plus profond de notre jeunesse : goût kinder ou speculos,par exemple. Retrouver son enfance : quelle agréable façon de conclure cette balade à travers les époques.

Partager cet article :

1 Vos commentaires

  • Lloyd
    2014-07-30 23:53

    .

    good info!…

Comments are closed.